20 ans déjà que Akhenaton, Shurik’n, Kephren, Kheops, Imhotep ont sorti leu album « L’école du Micro d’argent ». C’est l’histoire de 5 samouraïs venus changer les codes du hip hop français.

Un groupe de jeunes marseillais utilisant la musique pour faire passer un message et raconter les histoires d’une jeunesse comme leur chanson « petit frère » qui met tout le monde d’accord sur leur performance live réellement forte en émotion et souvenirs pour les plus anciens. Un message et des réalités de la société  qui selon leur propres mots sont  tristement encore d’actualité. C’est Akhenaton qui lance cette phrase avant la dernière chanson du show, bien évidemment « Demain c’est loin » et ses plus de 9 minutes de rap, pour envoyer un message fort.

Jeudi 9 novembre 2017, 20 ans de leur premier album, IAM entame seulement la deuxième date de sa tournée. Après Amnéville, le zénith de Strasbourg accueille les légendes du french hip hop, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on fait jeune au milieu de la grande majorité des fans regroupés depuis 19h devant le zénith. Ambiance bonne enfant,et malgré un zénith non plein la fosse se remplit allègrement.

 

La ferveur monte jusqu’au moment où l’écran géant s’allume. Un écran en forme de casque de samouraï va nous envoyer dans un autre décor tout le long du concert, pendant plus de deux heures de show, des images toutes plus belles les unes que les autres sont projetées et, il faut souligner, d’une qualité impressionnante malgré la taille et la distance, l’image est parfaite.
                          
Oscillant entre décors, images du monde, logo du groupe et bien sûr vidéos des rues de Marseille.

 

Après une annonce faite par un samouraï à l’écran  K et .. entre sur scène en premier pour entonner les lyrics de « l’école du micro d’argent ». Premières notes, premiers frissons et des milliers de personnes de reprennent en coeur les paroles « l’école du micro d’argent ».

 

 

On pourrait s’attendre, à un concert plus ou moins calme, IAM étant connu pour ses paroles et textes, mais que nenni. Avec une majorité de personnes ayant grandi avec du IAMdans les oreilles, le public est sur-motivé et chaque chanson s’enchaine avec une aisance remarquable.

 

Les samouraïs ont vieillis ? Certes, mais ils sont toujours chaud, et jouent avec le public plus qu’heureux de se retrouver là à chanter avec leur idoles.

Les morceaux s’enchainent donc, pour en arriver à « née sous la même étoile ». Un titre iconique du groupe repris par l’intégralité du public. Dans un zénith, la majorité des places sont assises mais en ce soir, la plupart des personnes sont debout les bras en l’air entrain de chanter.

 

La suite est plus calme mais toujours suivie d’un public chaud chaud, jusqu’à que nos marseillais préférés fasse danser plusieurs milliers de personnes sur un son bien connu des petits et grands, « Danse le Mia ».

 

Les chansons un peu plus physiques ont commencé mais on approché déjà de la fin ( sans le rappel ), juste le temps de finir fort avec « petit frère » et « Monnaie de singe ». Dans la fosse c’est le feu, aussi bien  l’ambiance que la température qui ne cesse d’augmenter.

 

Nos valeureux guerriers se retirent pour laisser place au rappel. Il reste des titres super connus à jouer, et ce qu’on va recevoir pour le dessert.

« côté obscur de la force » « Demain c’est loin » viennent clôturer
une soirée forte en émotion entre prise de paroles de Akhenaton
et ces magnifiques textes sur fond de platines magiques et
d’un jeu de lumière et d’images magnifiques.

 

       

 

Ce qui restera comme le plus marrant et spéciale dans un concert d’IAM, c’est de voir une masse de jeunes jusqu’à la trentaine, de mère de plus de 30ans danser et connaitre les chansons par coeur d’un groupe de Rap presque vieux de trente ans déjà, avec nous au milieu.