S’il y a bien une série à ne pas manquer en ce moment, c’est bien « 13 reasons why », produite par Selena Gomez et produite par Netflix…

(Article sans spoil, promis ahah)

L’intrigue de la série

Clay Jensen, un jeune lycéen américain plutôt discret, effacé et d’Hannah Baker, également lycéenne qui s’est suicidée, sans explications. Mais c’est ce qu’on pense… Après la mort de celle-ci, Clay découvre une mystérieuse boîte composée de cassettes audio, enregistrées par Hannah avant sa mort. Chaque cassette étant destinée à une personne qu’elle accuse responsable de son mal-être : Hannah explique les 13 raisons de son suicide, afin que les personnes liées à sa décision en prennent, par la suite, conscience.

Commence alors la quête obsessionnelle pour découvrir les envers cachés de la vie de son amie et savoir si oui ou non il était impliqué dans sa disparition… Qui est sur les cassettes ? Qui a fait du mal à Hannah ?

Série adaptée

D’un livre « 13 reasons why » s’appuyant sur l’œuvre de Jay Asher. L’auteur délivre dans son roman, un message captivant et alarmant sur les dérives de notre société tout en laissant une lueur d’espoir.

Disponible en intégralité sur Netflix depuis le 31 mars, « 13 reasons why » a connu un succès impressionnant et a fait chavirer les cœurs de nombreuses personnes.

Accumule des records

Sur les réseaux sociaux et Internet, dépassant les volumes recueillis par des classiques comme « Hunger games » ou « Harry Potter »: plus de 8 millions de tweets, depuis plus de deux 3 semaines… et le nombre ne cesse d’augmenter.

Série dure

« 13 reasons why » met en avant différentes problématiques sociales qui ne sont pas souvent abordées. Racontant le suicide d’une adolescente et les raisons de son geste, cette série s’attaque forcément à une sensible question de société. Au delà d’être une série prenant la défense des femmes, elle dénonce les violences, autant physiques que psychologiques que subissent certaines personnes au quotidien. « 13 reasons why » essaie de sensibiliser le public à ce sujet, en lui montrant les limites à ne pas franchir et le résultat que pouvait engendrer une telle violence.

Cette série montre « malheureusement » la vie telle qu’elle est, des situations qui arrivent, à des milliers, voir des millions de personnes chaque jour. Une accumulation de blessures peuvent affaiblir une personne jusqu’à qu’elle décide de s’ôter la vie

Cette série met en perspective une société complexe où l‘individualisme est roi. En montrant cela, elle met l’accent sur la nécessité de communiquer et de se soucier de son prochain afin d’éviter les tragédies similaires. Ainsi la série est portée par de belles valeurs telles que l’amour, l’amitié, l’entraide et l’écoute.

De nombreuses personnes disent avoir été bouleversés.

Des personnes harcelées témoignent et ont expliqué s’être senti moins seuls. Sur les réseaux sociaux, la série a été l’origine d’une large discussion sur le harcèlement et le sexisme et a permis de libérer la parole d’internautes qui ont aussi été victimes, comme Hannah, de rumeurs calomnieuses.

Ce qui fait la force de la série est aussi ce qui lui a attiré le plus de critiques

Certains internautes y ont vu une façon incorrecte de décrire le processus qui peut mener au suicide. En montrant en détails des signes avant-coureurs du suicide et en évoquant la complexité du processus.

L’idée qu’un suicide puisse être expliqué par « treize raisons » donne une vision simpliste du problème arguent certaines critiques.

Les réseaux sociaux ont aussi vu l’apparition de détournements qui se moquent du harcèlement dont est victime la protagoniste de la série. Sur Twitter « welcome to your tape » = « bienvenue sur ma cassette » est repris sous forme de « blagues » caricaturant l’ouverture de chaque épisode (la voix off d’Hannah introduit chaque épisode en précisant à quelle personne la cassette est destinée).

Cette série a alarmé certaines associations et parents, craignant en effet, un phénomène de « contagion » dû à une « glamourisation du suicide », d’autant plus que certaines jeunes ne sont pas doués à dissimiler la fiction de la réalité.

D’ailleurs, aux Etats-Unis, des organisations, telles que la Fondation pour la Prévention du Suicide, se sont appuyées sur des études pour dire « que le nombre de suicides augmentaient lorsque l’histoire décrit de manière explicite la méthode, utilise des images crues et spectaculaires […] ou rend la mort attirante« .

MAIS si rien n’a été confirmé, une saison 2 pourrait tout à fait voir le jour…

(Alors, à la fin de vos examens, ou quand vous avez du temps libre, je vous invite à mater cette série!)